Au coin de la rue

La vie se bouleverse aussi simplement qu’on tourne à un coin de rue. Derrière, un silence, des pas qui résonnent douloureusement, des rires à des fenêtres, un homme quelque part qui joue du piano; Devant, une ligne droite, le brouhaha, de l’inconnu, un homme qui court après un bus.
Et chacun croit, aussi fort qu’il est possible de croire, que jamais plus ce silence affreux ne retombera, et que nos erreurs appartiennent au passé, à cette ruelle sombre qu’on laisse derrière soi.
Mais on s’écorche encore les pieds sur les pavés qu’on franchi difficilement, le corps garde en mémoire les blessures de l’âme, du cœur, de l’esprit. Et alors qu’on tourne à un coin de rue, et qu’on aperçoit rien de plus à l’horizon que la promesse de tumultes et de sursauts, on se promet qu’on ne laissera plus personne nous faire souffrir.

(Image couverture © Wallpaperwide)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s